Direction du FMI : Kristalina Georgieva reste contre la volonté des Etats-Unis

Direction du FMI : Kristalina Georgieva reste contre la volonté des Etats-Unis

La bulgare Kristalina Georgieva a été confirmée à la direction du FMI (Fonds Monétaire International), après des semaines de polémique. Soupçonnée de connivence avec la Chine, son poste est sauvé de justesse pour insuffisance de preuve, au grand dam des Etats-Unis.

Le conseil d’administration de l’institution a soutenu, au soir du 11 octobre, le maintien de Mme Georgieva à la direction du FMI. Engluée dans des accusations de manipulation de rapport pour favoriser la Chine, dans le cadre du Doing business, son poste de directrice du FMI était menacé.

Maintien de Kristalina Georgieva à la direction du FMI

« Le Conseil d’administration a estimé que les informations présentées au cours de son examen n’ont pas démontré de manière concluante que la directrice générale a joué un rôle inapproprié concernant le rapport “Doing Business 2018” lorsqu’elle était directrice générale de la Banque mondiale ». C’est par ces mots que le conseil d’administration s’est opposé à la volonté des Etats-Unis d’enlever Mme Georgieva, de la direction du FMI.

Lire aussi: Togo : Maximilien Kaffo, la nouvelle passerelle pour obtenir les crédits du FMI

Avant d’ajouter dans son communiqué « après examen de l’ensemble des éléments de preuve présentés, le Directoire réaffirme sa pleine confiance dans le leadership et la capacité de la Directrice Générale à continuer à s’acquitter efficacement de ses fonctions ».

Depuis la publication, mi-septembre, des conclusions d’une enquête accusant la directrice d’avoir manipulé un rapport Doing Business 2018, pour favoriser la Chine, son maintient à la direction du FMI était devenu polémique. Cette dernière a toujours nié ces accusations qui remontent à l’époque où elle était directrice générale de la Banque Mondiale.

Un maintien entre réticences et soutiens

Selon l’Agence France Presse, la question du maintien de la bulgare à la direction du FMI, a été objet de division entre les européens et les américains. Selon une entente depuis la création des institutions de Bretton Woods, le FMI est dirigé par un européen et la Banque Mondiale, par un américain. Mais les américains se sont montrés réticents à renouveler leur soutien à Mme Georgieva.

Lire aussi: Les internautes Kenyans demandent au FMI de ne plus prêter de l’argent à leur pays

Hormis les européens, la bulgare a aussi eu le soutien de 13 ministres africains des Finances et de l’Economie. Financial Afrik rapporte que dans une déclaration du 5 octobre 2021, ces pays ont exprimé leur soutien à la Bulgare. Estimant que le scandale mérite une enquête, mais il ne faut pas pour autant, dans cette exigence, faire table rase du multilatéralisme

Bien que Mme Georgieva ait été maintenue à la tête de la direction du FMI, Washington a estimé que « des mesures proactives doivent être prises pour renforcer l’intégrité et la crédibilité des données au FMI ». Le Trésor américain a prévenu qu’il gardera l’œil bien ouvert en évaluant « tout fait nouveau ».

Kylian B.