Législatives en France: la gauche appelle à voter contre le RN au second tour

RN
Marine Le Pen, French far-right leader and far-right Rassemblement National (National Rally - RN) party candidate, reacts on stage after partial results in the first round of the early French parliamentary elections in Henin-Beaumont, France, June 30, 2024. REUTERS/Yves Herman TPX IMAGES OF THE DAY

Le premier tour des élections législatives du 30 juin 2024 a vu la victoire du RN. Avec 33,5% des voix, le Rassemblement national est arrivé largement en tête. Il est suivi du Nouveau Front populaire (28,1 %) et du parti d’Emmanuel Macron, Ensemble pour la République avec 20,7 %. La quatrième position est occupée par les Républicains avec 10 %. 

Face à ces résultats, plusieurs regroupements politiques appellent à faire barrage contre le Rassemblement national au second tour.  Jean-Luc Mélenchon a annoncé le retrait des candidatures de son parti, la France insoumise dans les circonscriptions où il se retrouve à la troisième place.  

« Nous retirerons notre candidature, en toutes circonstances, où que ce soit et dans quelque cas que ce soit. Notre consigne est simple, directe et claire. Pas une voix, pas un siège de plus pour le RN », a déclaré Jean-Luc Mélenchon.  

Même son de cloche au Parti socialiste où les responsables appellent à faire barrage au Rassemblement national. « Le danger de l’extrême droite devrait tous nous mobiliser », a affirmé ​​Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste. 

« Face au Rassemblement national, l’heure est à un large rassemblement clairement démocrate et républicain pour le second tour », a réagi le président Emmanuel Macron à l’annonce des résultats du premier tour de ces législatives. 

Le RN espère une majorité absolue au deuxième tour

De son côté, le Rassemblement national a appelé les Français à lui accorder une majorité absolue au second tour. En cas de victoire, ce sera la première fois depuis la seconde guerre mondiale que le RN va gouverner.

Lire aussiIran: jour de vote pour l’élection présidentielle

« Il nous faut une majorité absolue », a déclaré Marine Le Pen. Mais pour obtenir cette majorité absolue dimanche 7 juillet au second tour, le Rassemblement National doit obtenir 289 sièges. Ce qui n’est pas impossible.

Des sondages réalisés par certains instituts donnent entre 240 et 295 sièges au RN au second tour.