Des militaires français représentés en pilleurs : Paris critique le film “Black Panther II”

Des militaires français représentés en pilleurs : la France critique le film ‘’Black Panther II‘’

Le ministre français des Armées a dénoncé ce dimanche 12 février, dans un tweet, la représentation des soldats français dans le film “Black Panther II”. Pour lui, il s’agit d’une « représentation mensongère ».

Sorti en France en fin 2022, le film Marvel, a suscité ce week-end le courroux de Sébastien Lecornu. Le ministre français s’est offusqué de l’image qui est donné à des soldats français dans le second volet de cette superproduction de Marvel, dans le contexte de rejet de la France en Afrique.

Lecornu s’en prend à Black Panther II

Barkhane c’est fini : les derniers soldats français viennent de quitter le Mali

« Je condamne fermement cette représentation mensongère et trompeuse de nos forces armées », a twitté M. le ministre. «Je pense et rends hommage aux 58 soldats français qui sont morts en défendant le Mali à sa demande face aux groupes terroristes islamistes », a-t-il ajouté. «Black Panther : Wakanda Forever » comporte en effet des séquences avec des soldats français.

Ces derniers, étaient mis en scène en septembre 2025, tentant de forcer l’entrée d’un centre de recherche wakandais à Ansongo, une commune du Mali, pour y récupérer du vibranium, une ressource naturelle fictive. Faits prisonniers, ils sont montrés à genoux devant la reine de ce royaume, Ramonda, en tenue proche des soldats de Barkhane, opération française qui a récemment pris fin au Mali.

Lire aussi: Mali: avant de retirer leurs soldats, les autorités allemandes veulent s’assurer de faire le bon choix

Sebastien Lecornu, ministre français des Armées

La reine s’exprimait lors d’un sommet des Nations-Unies imaginé à Genève et a déclaré que la détention d’une telle ressource par « des puissances mal intentionnées » représente un danger. L’entourage de Sébastien Lecornu souligne « la colère du ministre en voyant le film » Black Panther II alors que la France dénonce une guerre informationnelle menée contre elle par la Russie en Afrique.

Toutefois le ministre a admis la liberté d’une « œuvre artistique » dont la France ne réclame ni le retrait ni la censure. Cependant, « il ne saurait y avoir de révisionnisme sur l’action récente de la France au Mali : nous sommes intervenus à la demande du pays pour lutter contre les groupes armés terroristes loin de l’histoire racontée dans le film, à savoir une armée française qui vient piller ses ressources naturelles », a ajouté l’entourage du ministre.

Edoh